Torsion | Corde teinte avec changement de torsion, 120cm / 100% coton — 2012.

http://aliceleens.com/files/gimgs/th-10_torsion.jpg
 

Depuis quelques années déjà, je n’ai cessé d’interroger la structure du textile pour mettre au jour ses composantes élémentaires. Mais plus spécifiquement la corde. Ce travail n’a fait qu’aviver ma fascination pour cet objet et sa simplicité apparente, dont j’essaie à l’infini d’extraire les principes et les éléments fondamentaux. En repartant sans cesse de ces quelques brins insignifiants, je continue à composer, décomposer et recomposer des cordes, autant de brins qui enroulés ou tressés les uns sur les autres déploient une force considérable. Une force qui repose presque exclusivement sur leur assemblage mécanique. Et chaque corde à son tour peut être nouée, dénouée, démontée et recomposée.Il s’agit donc pour moi d’un parti pris radical de réduire mon vocabulaire à la corde comme ( quasi ) unique matériau afin de montrer sa richesse, ses spécificités et sa complexité. La démarche est donc basée sur une recherche fondamentale qui aboutit in fine à une série de pièces reflétant les questionnements et les observations théoriques, sémantiques, historiques, techniques et poétiques de cet objet.Un aspect important de mon approche se situe dans le passage de la ligne (comme corde) au plan ( comme tissu ). Il met l’accent sur la transition entre fil et tissu, entre corde et brins, ainsi qu’un jeu constant avec la définition même de la corde. À partir de quand perd-elle sa fonction principale de lier, d’attacher?De ces expérimentations, je dégage ensuite certains principes que je réinjecte dans des mises en oeuvres plus « concrètes ». Les différentes cordelettes de notre univers se distinguent non par leur matière mais par leur vibration.Mon propos est de mettre en évidence la structure de la corde en y introduisant un rythme, un motif par le seul moyen de l’insertion de la vibration d’une couleur dans la corde.